la création audiovisuelle à l’ère de NETFLIX et des plateformes digitales

La révolution des plateformes de Streaming créatrices de contenus

Parmi les trois parties qui permettent de diffuser la culture, le savoir, la création et autres types d’arts il nous reste la dernière et non des moindres, celle de la diffusion et de la création de contenus audiovisuels. Elles n’ont pas été épargnées par la déferlante du numérique que nous allons aborder par l’arrivée notamment du nouveau géant américain “Netflix” et de voir en détail les grands changements qu’apporte ce récent moyen de consommer le contenu visuel.

La création audiovisuelle connait un boom sans précédent avec l’arrivée des plateformes : NETFLIX, HBO ou autre HULU (Disney) ont permis de connaitre un accroissement de la création de contenus tant au niveau mondial qu’européen avec des séries devenues déjà cultes comme : Games Of Thrones, ou Stranger Things.

La réussite impressionnante  de ces sociétés en simplement quelques années suscite des convoitises  à un point tel que les studios hollywoodiens qui pourtant méprisaient tout ce qui était en lien avec la “Silicon Valley”, considérés comme des pirates de contenus par le passé, se voit contrainte de s’associer avec cette dernière afin d’évité une disruption potentielle. Dans le même temps, les autres géants du Net se positionne sur ce marché pour prendre aussi leur part du gâteau (Walt Disney, Warner Média ou Amazon Prime notamment).

Il en vas de même en Europe et en France ou l’audiovisuelle public veut se liguer contre le futur géant Netflix et certains groupe notamment M6, TF1 et Groupe France Télévisions sont en en cours de création de leur propre plateforme (SALTO) afin d’apporter une nouvelle offre concurrente.

Car oui les géants du numérique et du digital comme ces plateformes sont en train de transformer en profondeur le système de consommations du public.

Il n’y encore que quelques années, la grande partie de l’audience était captée par les chaines gratuites de la TNT ou par les bouquets payants. Aujourd’hui, il faut admettre que la convergence des écrans a ouvert la brèche à ces nouveaux acteurs issus de l’Internet qui sont désormais en concurrence directe avec la programmation des chaines gratuites et que bien souvent seuls les programmes sportifs et encore les interventions des personnes politiques et autres événements ponctuels sont encore capable de faire de l’audience.

Alors qu’adviendra-t-il de nos bonnes vieilles chaines « cathodique » dans les années à venir ? Feront-elles comme les studios Hollywoodiens une association avec les acteurs du numériques, se spécialiseront elles dans le divertissement ou bien seront-elles purement et simplement disruptées ?

Le business de Netflix (1)

Netflix connait un succès massif et ce partout dans le monde, avec un nombre d’abonnés sur la pente ascendante perpétuelle avec un nombre total d’inscrit à plus de 139,3 millions de souscrits.

Si le nombre d’abonné aux Etats-Unis a progressé plus lentement en 2018, en passant de 52,8 à 60,1 millions d’abonnés, soit +7,3 millions ; c’est surtout le nombres d’abonnés hors territoire américains qui à bondit de 57,8 à 88,1 millions d’abonné, soit +30,3 millions. Du coté de leur chiffre d’affaire multi-trimestriels, il connait un rebond significatif à l’international sur le dernier trimestre 2018, avec 2,35 milliards de dollars hors U.S.A, contre 2,06 milliards pour les Etats-Unis.

Au total, l’entreprise a affiché une hausse des revenus de 27%, à 4,82 milliards de dollars mais avec une dette en hausse de 1,24 milliards de dollars, soit quasiment autant que sur l’ensemble des trois premiers trimestres réunis (1,45 milliards), le tout en raison de nombreux titres sortis à l’automne et pour les fêtes de Noël.

Les marchés de WALL STREET restent confiants car pour palier à sa dette et augmenter ses résultats, l’entreprise compte augmenter le tarif de ses offres de 9% à 13% et donc d’être rentable d’ici à 2021, pour ce qui est du prix c’est à peu près l’équivalent d’un abonnement à une vidéothèque dans le monde.

La création audiovisuelle dans le monde (2)

La création audiovisuelle connait un grand nombre de changement avec le dévelloppement de Netflix et des autres plateformes, avec des investissements dans la création toujours plus grand. Netflix a investi 5 milliards de dollars en 2016, 6 milliards en 2017 et jusqu’à 8 milliards en 2018 dans la création de contenus. En comparaison, Amazon a consacré 4,5 milliards de dollars à ses contenus cette même année.

Netflix était même devenue une sorte de laboratoire test, en particulier pour savoir si des personnages secondaires de MARVEL connaîtraient un jour un potentiel succès. Cela étant vérifié avec le succès de Jessica Jones, de The Punisher ou Cage …, Disney vient de reprendre ses personnages qu’il diffusera avec leur propre plateforme de streaming ou même dans les salles obscures classiques. Mais Netflix est aussi attaqué sur des contenus phare comme la séries “Friends” qui vient d’être reprise par HBO.

Il est claire que le véritable combats des plateformes de diffusion de la création de contenu international est lancée.

C’est pourquoi le gouvernement pense à une réforme afin d’accentuer la création de contenu 100% français. Le risque, c’est que malgré les bons sentiments que pourraient contenir la loi, la concurrence économique des grandes plateformes des géants du Net soit trop forte tant en investissement qu’en communication et marketing.

… et l’avenir du traditionnel téléviseur dans tout cela ? (3)

Avec l’avènement de la télé dit multi-écrans (smartphones, pc, tablettes), le fameux téléviseur connait non pas une extinction mais une mutation, en devenant un écran connecté mais avec des options nouvelles à venir telles que le 8K pour la qualité de l’image  ou l’intégration de l’intelligence artificielle. Les revendeurs d’ailleurs valorisent toujours plus le niveau très haute-technologie et mettre toujours plus options afin de surpasser les pc, smartphones et autres tablettes (taille, qualité d’image…), afin que l’écran de télévision reste un point central au sein d’un foyer.

Mais la guerre des écrans n’est certainement pas finie.

 

Clémence de Lambert Linkedin | Twitter

 


Pour aller plus loin découvrez notre dossier : “Métiers de la distribution de l’information” Industrie Musicale à l’ère du Numérique | Information écrite face aux enjeux de la mutation numérique #Culture #Medias #Informations #TransfoNum


(1) https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/netflix-modele-d-expansion-a-l-international-a-gagne-plus-de-38-millions-d-abonnes-en-2018-804328.html (2) https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2018/10/04/audiovisuel-les-propositions-chocs-des-deputes_5364400_3236.html (3) https://www.erenumerique.fr/avenir-televiseurs-ifa-article-44130-13.html

Partagez ce contenu via ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *