De la TRUMP Tower à TRUMP News

Trump Président mais Showman avant tout ! 2021 : Show must go on !

La récente manifestation d’ampleur du 6 janvier 2021 marque le début de la fin du mandat de président du futur ex président américain. Cette foule galvanisée par les mots prononcés le matin même par leur « champion », ce Président en exercice ne voulant pas concéder sa défaite, rejetant les résultats du Congrès avant même qu’ils soient annoncés (qui ont même du être repoussés – grande 1ère dans la démocratie américaine) …

Revenons en arrière, en 2016, Il a axé sa stratégie et gagné l’élection en sachant parler aux populations des états centraux et en leur “promettant” qu’il allait leur donner du travail, les représenter et leur permettre d’avoir une plus grande présence médiatique. Il a fait ce qu’il a dit et comme on le dit aux USA : il a délivré.

Par ses doubles discours en alternant les propos instinctifs d’homme de scène vers sa base et les discours plus policés avec prompteur pour faire encore résonner la posture d’homme d’état que sa fonction exige.

Il n’a eu de cesse d’être cette dualité : un homme à la fonction de Président de la 1ère puissance mondiale tout en étant un impétueux Showman préférant les coups d’annonces à la réalité des fonctions qu’il incarnait.

Dernier exemple : Pour justifier sa défaite, il a adopté pour sa fin de mandat la posture de la « victime ». Le summum de ce complot contre lui aura a été de lui avoir volé son élection qu’il annonce encore comme étant le seul gagnant.

Mais au-delà de toute posture, il reste fondamentalement un homme de scène, showman, adepte de la punch line verbale que des 280 caractères de son ex moyen favori de communication.

 

Trump et Twitter / Réseaux sociaux – Partenariats « gagnant / gagnant »

En 2015 / 2016 : la sphère des réseaux sociaux a vu arriver cet homme d’affaire à la communication singulière et il a su trouver le meilleur canal direct vers ses cibles d’électeurs. Twitter était optimisé, voir paramétré pour lui. Par ses nombreux tweets de 140 caractères à l’époque, il a su et pu « échanger », sans filtres ni vérifications, tout ce qu’il voulait dire à ses plus de 88 millions de followers.  En cela, Donald Trump a été un des meilleurs ambassadeurs des réseaux sociaux.  Souvenons nous des difficultés financières de Twitter aujourd’hui oubliées.

Twitter a pu bénéficier sous le mandat de Donald Trump d’une tête d’affiches apportant avec lui nombres de “fans” et “anti” ce qui a fait gonfler à la fois le nombre de comptes utilisateurs ainsi que la place que ce canal direct de communication à coup de # a pu avoir dans la scène médiatique mondiale.

Le cours de bourse entre 2016 et 2020 atteste que ce réseau social a su bénéficier de l’effet Trump. Au 11 Nov 2016 le cours était à 18,55US$, fin 2020 il a dépassé les 55US$ et début 2020 le cours est encore à plus de 47US$.

Il est aussi à noter que le choix de supprimer le compte de Donald Trump va aussi voir disparaitre nombre de “bots” ou “fans” de cette plateforme car leur “champion” ne pouvant plus s’y exprimer, ils le suivront ailleurs. La twittosphère se verra aussi “nettoyée” des nombreux comptes et tentatives de push des # sur des sujets que le futur ex président des USA évoquait quasi quotidiennement.

Pour comprendre Trump, il ne faut surtout pas oublier qu’il reste avant tout un spécialiste de l’Entertainment : c’est un homme de scène et comme tout bon spectacle se joue sur 2 moments clés, il en maîtrise les timings et les codes. Sur son mandat, il l’a reproduit :

  • l’entrée : L’élection gagnée contre tous les pronostiques nationaux et mondiaux
    et
  • la sortie : manifestation début Janvier avant la possible 2ème session qui pourrait se faire les 20 ou 21 janvier.

L’ idée centrale de ces « happening » est de capter son auditoire et continuer de leur montrer qu’il est bien là, présent, déterminé et parlant leur même langage. Il sait aussi utiliser cette méthode pour détourner une partie des médias pour éviter des faits qui ne lui sont pas en sa faveur. Dernier exemple lors de la manifestation d’ampleur du 6 janvier 2021, cela devait aussi cacher les 2 défaites des républicains aux élections sénatoriales qui ont fait basculer le Sénat dans le camp Démocrate.

Chacune de ses sorties répond à ces codes scéniques et à chaque fois, il y a aussi la préparation au coup d’après.

Et le prochain est très clair :

affirmer son autonomie politique fort de ses partisans et la création d’un multi canal médiatique.

Transférer ses « fans » en consommateur privilégié d’un nouveau média multicanal : TV, presse, réseau social dédié et développer un nouveau marché ; la politique business avec la marque Trump.

Liberté de communiquer vs nouvelle présidence

Ne nous trompons pas, derrière chaque situation se cache nombre de lectures. Le récent changement de bord complet à 180° des réseaux sociaux en est une belle illustration.

Pour continuer à exister il faut savoir se tourner vers les vents ascendants ! Il était temps d’effectuer ce virement de bord.

Alors Oui, Twitter (suivi après par Youtube) a décidé de couper les ponts avec un de ces « top clients » (plus de 88 millions d’abonnés), prétextant un excès de “Fake News” et contre sens criant.

Trump a toujours été un adepte de cette façon de parler, communiquer et dire ce qu’il veut. Il a même été étudié que l’ensemble de son compte Twitter avait plus de 30 000 fakes news selon le washingtonpost.

Le réseau social californien avait déjà apposé des notifications que certains des propos tenus étaient sans fondements mais pourquoi Twitter ne l’aurait pas coupé avant ?

Le fondateur et patron de Twitter Jack Dorsey considère que la décision de bannir Donald Trump de la plateforme était “la bonne”, mais constitue néanmoins un “échec” et “établit un précédent” qui lui semble “dangereux” vis-à-vis du pouvoir détenu par les grandes entreprises.

En cela les réseaux, qui sont sous le regard des politiques qui souhaiteraient limiter leurs pouvoirs, ont visiblement choisi de basculer dans la résistance au futur ex Président après tant d’année de juteuse collaboration.

Rien de moins que les bonnes recettes stratégiques que le commerce et mondialisation font depuis des années. Ils se sont ainsi fait remarqués en étant les 1ers à empêcher de façon quasi définitive sur leur canaux à ce que Trump ne puisse plus bénéficier de son moyen de communication favori.

Perspectives

Si nous restons dans cette logique il est à parier que Donald Trump n’en restera pas là et qu’il fera tout pour reprendre la main avec un nouveau coup médiatique soit le 20 janvier pour perturber à distance l’investiture de Joe Biden soit plus vraisemblablement dès le lendemain pour présenter sa nouvelle organisation pour se préparer pour 2024 et garder ses fans mobilisés.

A moyen terme, il pourrait créer son propre partie politique qu’il pourrait appeler “les patriotes” associé à ce nouveau média multicanal, l’ère du Trumpisme ne fait que commencer

De leur coté, les réseaux sociaux (Twitter et Youtube) poursuivront leur croissance et travaillent de leur coté à une forme d’union des géants du numérique avec l’arrivée d’un syndicat – comme dans le commerce – ouvrant encore plus leur souhait d'”imposer” leur droit vis à vis des pays du monde entier !

L’Amérique unie n’est pas encore pour demain, mais le Show must go on !

Charles BOIRY

Partagez ce contenu via ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *